Ne ratez pas
Accueil / Environnement / Alerte et défi mondial : avant 2050, les villes doivent devenir intelligentes

Alerte et défi mondial : avant 2050, les villes doivent devenir intelligentes

Alerte et défi mondial – La démondialisation et l’essor des blocs régionaux imposent de transformer les mégalopoles.

Les coups portés par l’administration Trump au libre-échange et au multilatéralisme enterrent la société ouverte et couvrent l’ère de la démondialisation. Mais la fragmentation de l’espace économique en blocs régionaux ne remet pas en question l’émergence de villes-monde. Ouinze métropoles, sur la planète, comptent plus de 20 millions d’habitants, dont deux seulement – Tokyo et New York – appartiennent au monde développé. En 2050,70 % de la population habitera dans des villes, dont certaines, à l’image du grand Pékin, pourraient rassembler 110 millions de personnes. La taille de ces agglomérations impose de les repenser, alors qu’elles font face aux bouleversements du XXIème siècle ; vieillissement démographique, vagues migratoires, universalisation du capitalisme, économie de la connaissance, transition écologique, montée des risques sécuritaires.

La ville intelligente constitue la réponse à ces transformations, Elle comporte six grandes dimensions.

  1. L’économie, avec une croissance inclusive et respectueuse de l’environnement.
  2. La mobilité douce, avec l’intégration de transports efficaces, accessibles, abordables, sûrs et écologiques, notamment grâce à des navettes autonomes optimisant l’espace urbain – y compris les fleuves, à l’image du projet Sea Bubbles.
  3. La protection de l’environnement-vitale, caries villes génèrent 80 % des émissions de gaz à effet de serre sur 2 % de la surface de la planète -, à travers la récupération et la valorisation des déchets ainsi que la production d’énergie et l’amélioration de son efficacité.
  4. L’endiguement de l’étalement urbain, par des immeubles à énergie positive et la mixité des activités.
  5. La sécurité, à travers la prévention des risques – violences contre personnes et biens, catastrophes naturelles ou Cyberattaques-, la coordination des forces publiques et privées, la résilience des organisations et des hommes.
  6. La gouvernance, enfin, en considérant le citoyen non comme un simple consommateur de services, mais comme un partenaire du développement, et en mettant à sa disposition les données lui permettant de contrôler l’action des décideurs publics.

Il n’existe pas de modèle de ville intelligente. Chaque cité doit inventer le sien en fonction de son histoire, de sa population, de ses structures économiques et sociales.

Le plus simple consiste à créer des villes nouvelles. Au Maroc, la Cité Mohammed VI Tanger Tech sera développée sur 2.000 hectares. Selon le plan préliminaire, la construction sera étendue sur une période de 10 ans visant à créer une nouvelle ville intelligente internationale, intégrant l’écologie, l’habitabilité, l’industrie, la vitalité et l’innovation, avec un investissement total établi à 1 milliard de dollars. En Corée du Sud, Songdo proposera cette année des immeubles de haute qualité environnementale et des routes et équipements munis de capteurs pour optimiser leur utilisation, anticiper et ajuster le trafic ou la consommation d’énergie. La Chine dispose d’un projet similaire à Shenzhen, qui doit servir de pilote dans la lutte contre la pollution, désormais prioritaire. Aux Etats-Unis, Babcock Ranch, en Floride, construite en lisière d’une réserve naturelle de 30 000 hectares, sera en 2017 la première ville verte.

L’enjeu principal demeure néanmoins la transformation des mégalopoles, Hongkong et Singapour, désormais quadrillées par des arbres artificiels hauts de 50 mètres et truffés de capteurs qui éclairent et récoltent l’eau de pluie, servent de laboratoires. New York et Londres rivalisent pour les rattraper. Montréal est en pointe pour la participation des citoyens, avec une boîte à idées électronique. Hambourg a reconfiguré la gestion de son port Rio et Lagos inventent la ville émergente intelligente.

La révolution est donc lancée. Elle contribuera à redessiner l’espace mondial et à dégager une nouvelle hiérarchie entre les nations. L’Europe, Londres mis à part, a pris dans ce domaine un retard qu’il lui faut absolument combler, C’est tout particulièrement vrai de Paris, aujourd’hui marginalisé, alors que la France possède des atouts majeurs en termes d’architectes, d’urbanistes, d’acteurs de rang mondial dans l’environnement, les transports ou l’énergie. Le Brexit fournit ainsi une occasion unique de réinstaller Paris parmi les villes-monde en le faisant renouer avec la modernité et l’innovation.

La ville intelligente doit s’inscrire dans des stratégies publiques de long terme, car elle soulève des questions. La première porte sur son pilotage, que se disputent les élus et les acteurs de marché. Le deuxième problème découle de la polarisation que provoquent les nouvelles technologies, donc du creusement des inégalités au sein des villes intelligentes comme entre les villes intelligentes et les territoires alentour. Le troisième enjeu touche à la sécurité de ces agglomérations, cibles idéales et particulière¬ ment vulnérables par la concentration des hommes et des ressources comme par leur dépendance envers les technologies. L’ultime défi s’attache aux hommes, car il ne peut y avoir de ville intelligente sans citoyen intelligent, ce qui suppose son éducation à la liberté et à la responsabilité. La mise en garde que Périclès lançait aux Athéniens reste parfaitement actuelle pour les citoyens des villes intelligentes du XXIème siècle : «Ce sont les hommes et non les pierres qui constituent le meilleur rempart des cités. »

 

 

À propos Saad Idrissi

Saad Idrissi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*