Ne ratez pas
Accueil / Maroc / Économie / Maroc – Russie : la Russie va échanger du blé contre des mandarines marocaines

Maroc – Russie : la Russie va échanger du blé contre des mandarines marocaines

En outre, le royaume peut augmenter l’offre de tomates en Russie.

La Russie est prête à augmenter les approvisionnements en céréales au Maroc et à augmenter les importations réciproques d’agrumes. Cela a été annoncé par le Premier ministre russe M. Dmitri Medvedev après des entretiens avec le chef du gouvernement du royaume M. Saâd Eddine El Othmani. Au cours de la réunion, les moyens de renforcer la coopération dans les domaines du commerce, de l’énergie, de l’humanitaire et de la culture ont été discutés.

« C’est une route à double sens. Nous pensons que nous augmenterons l’offre de céréales et d’autres cultures pour le Maroc. Eh bien, le Maroc fournira ses excellents fruits et quelques autres produits à notre marché », a déclaré M. Dmitri Medvedev.

Le Maroc est l’un des principaux partenaires commerciaux de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Dans le même temps, la part du royaume dans le chiffre d’affaires du commerce extérieur de la Fédération de Russie dans la dernière année était de 0,3% (52e place).

Du janvier au juillet 2017, les exportations russes au Maroc ont augmenté de 24%, à 412,9 millions de dollars, par rapport à la même période de l’année dernière, en raison de l’augmentation des disponibilités en blé (plus du double), du charbon (39%) et des produits pétroliers (de 5%). Environ 47% du coût des exportations cette année sont des produits pétroliers, la part de la houille est de 26%, du blé de 8%.

« Nous devons redoubler d’efforts pour diversifier la sphère commerciale, examiner de nouveaux domaines de coopération, résoudre certaines tâches au niveau gouvernemental, y compris la suppression de divers problèmes, des obstacles qui compliquent d’une manière ou d’une autre les contacts commerciaux », a déclaré M. Dmitri Medvedev.

Comme l’a expliqué le chef du ministère de l’Agriculture de la Fédération de Russie M. Alexander Tkachev, le Maroc pourrait devenir une sorte de « plaque tournante » pour la fourniture de produits agricoles nationaux à d’autres pays africains. La Russie voit des perspectives dans de telles exportations d’huile végétale, de confiserie, de sucre, de viande de volaille, de bœuf, d’agneau.

« Pour nous, le marché marocain est avant tout important pour l’exportation de céréales. Nous prévoyons de vendre au moins un million de tonnes », a déclaré M. Alexander Tkachev. « C’est un marché très intéressant, gros. Le pays, l’économie se rétablit, ils sont nos partenaires, on peut leur faire confiance, et le chiffre d’affaires du commerce va s’accroître », a ajouté le ministre.

Selon lui, la Russie reçoit traditionnellement des mandarins marocains, ils jouissent d’une bonne réputation et sont de bonne qualité. En outre, le Maroc peut augmenter l’offre de tomates en Russie.

« Maroc, la première offre de mandarines, 25% sur notre marché. Si ces volumes sont augmentés, alors pourquoi pas. Dans tous les cas, nous importons environ un million de tonnes d’agrumes chaque année. Les tomates en volume occupent également une place de premier plan. Tôt ou tard, les producteurs turcs viendront sur notre marché. Néanmoins, les tomates marocaines occuperont une place digne », a expliqué M. Alexander Tkachev.

Les importations russes en provenance du Maroc en janvier-juillet ont diminué de 5% pour s’établir à 320,4 millions de dollars, en raison d’une réduction de 30% de l’offre de tomates. Traditionnellement, les tomates sont importées en Russie du royaume d’Afrique du Nord (cette année – 35% des importations totales en termes monétaires), les agrumes (30%), les textiles, les vêtements confectionnés et les chaussures (25%).

« Maintenant, la part des mandarins marocains sur le marché russe est de 30%, nous voulons qu’elle atteigne 50%. En 2016, la Russie a pris la neuvième place parmi les fournisseurs du royaume » a déclaré le chef du gouvernement du Maroc. « Nous sommes optimistes quant à la dynamique de nos relations. Aujourd’hui, nous avons signé 11 accords avec la partie russe – nous disposons donc d’un arsenal très important de documents destinés à renforcer la coopération entre le Maroc et la Fédération de Russie ».

Le Premier ministre M. Saâd Eddine El Othmani, lors d’une réunion prolongée avec la délégation russe, a rappelé que les relations russo-marocaines ont une longue histoire. Dès 1777, le sultan Muhammad III bin Abdullah a invité l’Impératrice russe Catherine II à établir des contacts et à établir des relations commerciales entre les deux pays. Certes, il a fallu 120 ans avant que le consulat général de l’Empire russe ne s’établisse à Tanger. Le Maroc a été le premier pays arabe avec lequel la Russie a établi des relations diplomatiques. L’année prochaine, les contacts diplomatiques entre les pays ont 120 ans.

 

À propos Saad Idrissi

Saad Idrissi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*