Ne ratez pas
Accueil / Monde / Afrique / Sahara marocain : des spectacles théâtraux du Polisario dans la bande tampon

Sahara marocain : des spectacles théâtraux du Polisario dans la bande tampon

Le communiqué du gouvernement algérien, le service de presse algérien et d’autres sites pro-séparatistes ont gonflé les informations concernant les exercices militaires des séparatistes du Polisario, à l’est de la ceinture de sécurité marocaine, dans la région d’Aouserd.

Après les revers diplomatiques qu’elle a subis, que ce soit à l’ONU, l’Union africaine ou l’Union européenne, l’Algérie et sa marionnette, le Polisario cherche désespérément des victoires fictives sur le front du Sahara. Quand ils ne parviennent pas à défendre le séparatisme à l’échelle mondiale, ils recourent à des provocations locales.

Les médias mauritaniens parlent d’exercices militaires du Polisario visant à pénétrer le mur de sécurité marocain qui a protégé le sud du Maroc pendant des décennies et l’a isolé de la montée des activités terroristes qui ont fait du désert algérien et de vastes zones sahéliennes une zone interdite.

Dirigés par Brahim Ghali, belliciste recherché par la justice espagnole pour crimes de guerre, les milices du Polisario sont en train de perdre la trace. Pour de nombreux observateurs, les jeux militaires qu’il a menés à l’est de la ceinture de sécurité marocaine ne sont que des spectacles théâtraux visant à projeter la puissance sur les Sahraouis désenchantés, qui ont été retenus contre leur gré par l’Algérie et interdits de retourner dans leur pays d’origine.

Les manoeuvres servent également une campagne de désinformation menée par les médias officiels algériens pour attirer l’attention de la communauté internationale sur un groupe séparatiste, mieux décrit comme une relique de la guerre froide censée avoir une armée composée d’armes soviétiques délabrées données par l’Algérie et la Libye de Kadhafi.

En mettant en scène des jeux militaires à l’est de la berme, le Polisario a en effet montré qu’il reste une marionnette dont les ficelles sont tirées par l’Algérie. Une telle présence militaire à l’est du mur de sécurité est également une violation de l’accord de cessez-le-feu de 1991, qui stipule que la bande tampon devrait rester une zone démilitarisée sous la supervision de la Mission des Nations Unies au Sahara (MINURSO).

En tirant les ficelles du Polisario pour provoquer le Maroc dans une réponse militaire, la junte militaire algérienne cherche également à détourner l’attention de sa crise économique et sociale qui porte les germes d’une implosion imminente.

Ayant reçu récemment du matériel militaire du régime algérien, le Polisario devient plus que jamais un outil utilisé par Alger pour déstabiliser le Maroc et saper tous les efforts visant à trouver une solution durable, politique et mutuellement acceptable sur la base de l’initiative marocaine d’autonomie.

Ce que le Polisario et l’Algérie doivent savoir, c’est que la légitime défense est garantie par la Charte des Nations Unies et que toute erreur commise par le Polisario sur le mur de sécurité déclenchera une réponse adéquate, notamment le droit de poursuivre les éléments du Polsiario dans le territoire algérien.

 

 

 

À propos Saad Idrissi

Saad Idrissi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*