Ne ratez pas
Accueil / Monde / Afrique / Afrique du Sud : (Video) la pression de la rue augmente pour faire démissionner le président Zuma

Afrique du Sud : (Video) la pression de la rue augmente pour faire démissionner le président Zuma

En Afrique du sud, le président Jacob Zuma est de plus en plus contesté. Vendredi, environ 800 000 personnes ont manifesté dans tout le pays pour demander sa démission. L’opposition a appelé à une nouvelle manifestation mercredi.

Le renvoi récent du ministre des Finances Pravin Gordhan a été la goutte qui a fait déborder le vase. C’est la deuxième fois en deux ans que Jacob Zuma renvoie un ministre des Finances, considéré comme un rempart contre la corruption et notamment la signature d’un énorme contrat d’achat de 6 centrales nucléaires à la Russie. Ce contrat devait bénéficier entre autres aux Gupta. Ces 3 frères sont arrivés d’Inde en 1993. Ils ont rafflé de nombreux contrats publics et ils sont intervenus dans le choix de certains ministres. Les Sud-Africains disent que Zuma est une marionnette des Gupta.

Le chef de l’Etat a perdu toute crédibilité, il est devenu un sujet de blagues. Zuma semble complètement indifférent. Il ne semble pas non plus se soucier de la dégradation de l’économie. Celle-ci risque d’entrer en récession suite à la décision la semaine dernière de deux agences de notation internationale de rétrograder l’Afrique du Sud au statut poubelle.

L’ANC est complètement divisé. Mais jusqu’à présent, Zuma a pu contrôler le parti, car il a de nombreux partisans dans les provinces rurales, qui sont tout aussi corrompus que lui. Il va sans doute tenir jusqu’à la fin de son mandat comme président de l’ANC en décembre. Il espère que l’un de ses anciennes épouses va lui succéder, Nkosazana Dlamini Zuma, à la tête de l’ANC, puis comme chef de l’Etat en 2019.

Le vice-président Cyril Ramaphosa est le candidat non déclaré des opposants à Zuma au sein de l’ANC. il est soutenu notamment par le syndicat Cosatu qui a appelé à la démission de Zuma la semaine dernière, tout comme le parti communiste. La gauche est puissante au sein de l’ANC et peut faire bouger les choses, si elle le veut. Mais pour le moment, il n’y a pas de front uni des mécontents. Chacun s’exprime et manifeste dans son coin. Cela dit, si rien ne change, l’ANC pourrait subir une défaite aux élections de 2019.

Pour limiter les dégâts, Zuma suit la même stratégie que Robert Mugabe, le président de la République du Zimbabwe depuis bientôt 30 ans. Il appelle à une transformation radicale de l’économie et il accuse l’Ouest et les Blancs de manipuler ceux qui critiquent l’ANC.

À propos Saad Idrissi

Saad Idrissi

2 plusieurs commentaires

  1. L’Afrique du Sud elle avait rejoint en 2011 le groupe prometteur des Brics. Mais, à l’image du Brésil, embourbé dans la crise, l’Afrique du Sud s’enlise. Le taux de chômage se rapproche inexorablement du seuil des 30 % et la dette vient encore d’être rétrogradée par les agences de notation…

    • Saad Idrissi

      Oui tout à fait d’accord avec toi, c’est ainsi les appels à la démission de Jacob Zuma se multiplient. Sans oublié qu’il est déjà plombé par une série de scandales, ce président sud-africain subit l’effet boomerang de sa récente mise à l’écart d’un ministre des Finances respecté. A la demande de l’opposition, un vote de défiance, qui pourrait lui être fatal, est prévu au Parlement, le 18 avril.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*