Ne ratez pas
Accueil / Monde / Europe / Allemagne : Le chef du renseignement “Hans-Georg Maassen” s’en prend à Facebook

Allemagne : Le chef du renseignement “Hans-Georg Maassen” s’en prend à Facebook

Hans-Georg Maassen, chef de l’agence de renseignement allemande

Le chef de l’agence de renseignement allemande a accusé les géants américains de la technologie tels que Facebook de ne pas avoir suffisamment pris la responsabilité du contenu sur leurs sites, sapant ainsi la démocratie en n’établissant pas de distinction entre faits et opinions.

S’exprimant lors d’une conférence sur la cybersécurité organisée par le journal Handelsblatt, Hans-Georg Maassen a dénoncé le manque de sens civique de ces entreprises.

On voit aujourd’hui d’énormes entreprises du numérique se considérer uniquement comme vecteurs d’information et se retrancher derrière les privilèges légaux dont jouissent ces plate-formes parce qu’elles ne veulent pas assumer la vérification rédactionnelle de leurs contenus », a-t-il dit.

L’Allemagne a été l’un des principaux partisans d’une réglementation plus stricte des réseaux sociaux, adoptant en juin une loi prévoyant des amendes allant jusqu’à 50 millions d’euros (59,67 millions d’euros) s’ils ne parviennent pas à supprimer rapidement les messages haineux.

Facebook a réagi à une réglementation plus stricte en Allemagne et ailleurs en annonçant des plans visant à ajouter des milliers de travailleurs supplémentaires pour surveiller les rapports de matériel inapproprié et examiner les annonces.

Maassen a déclaré qu’il était significatif que Facebook ait admis que des millions d’utilisateurs avaient vu des publicités divisant politiquement sur le site qu’il a dit avoir été achetées en Russie avant et après l’élection présidentielle américaine de l’an dernier.

Le pluralisme démocratique perd ses fondements s’il n’est plus basé sur des faits et la réalité est réduite à des opinions », a-t-il déclaré.

Maassen a déclaré qu’il était heureux qu’il n’y ait pas eu de piratage majeur ou de nouvelles suspectes avant l’élection de septembre en Allemagne, malgré des avertissements, mais il a ajouté que cela était en partie dû au travail de son agence et non à la complaisance.

Facebook a déclaré qu’il avait pris des mesures avant les élections allemandes pour s’assurer que le réseau de médias sociaux ne soit pas utilisé comme une plate-forme pour manipuler l’opinion publique, notamment en détruisant des dizaines de milliers de faux comptes.

À propos Saad Idrissi

Saad Idrissi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*