Ne ratez pas
Accueil / Monde / Europe / France : deux ans de prison pour la mère du jihadiste « Belabbas Bounaga » (Video)

France : deux ans de prison pour la mère du jihadiste « Belabbas Bounaga » (Video)

Le jihadiste Belabbas Bounaga, présumé mort en Syrie en août 2016

La mère d’un jeune jihadiste présumé mort en Syrie en août 2016, Belabbas Bounaga, a été condamnée jeudi à deux ans de prison pour « financement du terrorisme », dans un procès qui pourrait faire jurisprudence.

Une mère de famille est jugée pour avoir envoyé de l’argent à son fils.
Elle est d’accord pour nous parler « on » et être prise en photo.
Il s’agit de Nathalie HADDADI.

Le ministère public avait requis le 5 septembre 18 mois de prison ferme à l’encontre de Nathalie Haddadi, 42 ans, attachée commerciale dans une entreprise d’Alsace.


Une mère accusée de financement du terrorisme… par leparisien

Le tribunal a assorti sa décision de la possibilité d’aménager la peine prononcée à l’encontre de Nathalie Bounaga.

Son fils cadet, Tarik, et le meilleur ami de son aîné, Souliman Hamouten, jugés aussi pour avoir envoyé de l’argent à Belabbas Bounaga, ont pour leur part été respectivement condamnés à un an de prison avec sursis et à trois ans de prison avec mandat de dépôt.

Le ministère public avait requis trois ans de prison ferme avec mandat de dépôt contre Souliman Hamouten et un an dont six mois avec sursis pour Tarik Bounaga.

Le tribunal a par ailleurs condamné par défaut Bellagas Bounaga a dix ans de prison, assorti d’un mandat d’arrêt.

Le ministère public estime qu’il y a un doute sur sa mort ou que ses papiers peuvent être utilisés par un autre jihadiste et la présidente du tribunal a décidé de joindre les deux dossiers.

Les avocats de Nathalie Haddadi, une mère de trois enfants sans le moindre signe vestimentaire la rattachant à la religion musulmane, et ceux de ses coprévenus, avaient plaidé la relaxe.

Ils avaient fait valoir que les prévenus avaient envoyé des mandats à Belabbas avant son arrivée en Syrie et que le parquet n’avait pas prouvé qu’ils connaissaient ses intentions.

À propos Saad Idrissi

Saad Idrissi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*